Quelles précautions contre le coronavirus en cas de contacts obligatoires avec d’autres personnes -

Quelles précautions contre le coronavirus en cas de contacts obligatoires avec d’autres personnes

Cet article est écrit en pensant principalement aux personnes obligées d’utiliser les transports en commun ou d’aller travailler à l’extérieur de chez elles.

Les conseils suivants sont complémentaires à l’obligation de rester au maximum chez soi et à la suggestion des personnels médicaux de faire les courses le moins souvent possible. Ils ne sont pas des garanties à 100 % et ne doivent pas être considérés comme des autorisations à passer outre les recommandations officielles.

Ce ne sont pas non plus des traitements ni préventifs, ni curatifs en cas de maladie avérée.

Ces précautions supplémentaires ont leur intelligence que vous allez pouvoir comprendre et juger par vous-mêmes. Ce sont la plupart du temps des moyens classiques d’aider notre système immunitaire à être plus fort,  pour nous  protéger au mieux de ses potentialités.

Ce sont des suggestions soumises à votre libre-arbitre. 

Introduction : Comprendre ce qui se passe

Notre esprit tente de trouver les causes de l’épidémie

Pour certains, le confinement est une épreuve désagréable : pertes de revenus, fermetures d’entreprises, surcharges de travail pour le personnel médical, proximité trop importante entre personnes de la même famille …

D’autres personnes remarquent que l’absence de véhicules en circulation fait baisser la pollution, que les canaux de Venise sont plus propres, que c’est un bon moyen pour développer le télétravail, une opportunité pour se connecter à des valeurs plus essentielles en famille …

Certainement tout cela à la fois.

Certains se posent des questions sur les causes, sur la corrélation de l’épidémie avec :

  • la pollution industrielle hors du commun et le développement exceptionnel de la 5 G  dans la région d’origine Wuhan ;

  • la consommation d’animaux en voie de disparition comme le pangolin, la chauve-souris, le serpent, rendus responsables de l’épidémie et dont la consommation est désormais interdite en Chine ;

D’autres donnent des arguments contraires.

Cela ne nous concerne pas et je vous invite à la détente

Cela nous rassure de nous donner l’impression de maîtriser les phénomènes en en recherchant les causes. Cela nous donne l’air intelligent de celui qui ne fait pas partie de la masse à qui on fait prendre les vessies pour des lanternes.

Et quel pouvoir cela nous donne-t-il face aux événements ? Quel pouvoir cela nous donne-t-il sur notre santé et celle de nos enfants ?

Quel pouvoir cela nous donne-t-il pour rendre le monde meilleur ?

La question aujourd’hui est « que faire » ?

Nous sommes tous potentiellement porteurs du coronavirus. Même si nous ne montrons pas de symptôme, nous pouvons être porteurs sains ou en phase d’incubation, c’est-à-dire faire partie de la moitié des transmetteurs potentiels du virus.

Donc, nos gouvernements ont décidé que le confinement qui aurait fait cesser la propagation du virus en Chine est nécessaire. Ils auraient pu décider comme le gouvernement britannique dans un premier temps ou comme les Pays-Bas qu’il était préférable de mélanger les gens pour créer une immunité collective, puisque comme la grippe, ce nouveau virus risque de revenir dans les prochaines années.

Si nous y échappons cette année grâce au confinement et si jusqu’à l’année prochaine, nous apprenons à nourrir notre système immunitaire pour nous renforcer face aux agresseurs extérieurs, alors nous aurons peut-être gagné du temps. N’est-ce pas ? C’est le sens de cet article.

  1. Quelle attitude psychologique adopter ?

Nous étions nombreux, le samedi 14 mars 2020 juste avant la fermeture des lieux publics de convivialité à nous réjouir de partager ensemble des moments festifs.

Le lendemain, Madame Brigitte Macron se promenant sur les quais de Paris protégée par ses gardes du corps fut choquée de voir tous ces parisiens faire comme elle : profiter de l’air ensoleillé du printemps naissant.

Et oui, en peuples fiers de leur liberté parfois chèrement gagnée, nous n’aimons pas les contraintes. Notre système immunitaire se porte mieux lorsque nous nous sentons en sécurité mais libres. L’affaiblissement du système immunitaire est un facteur prédisposant à la maladie.

Si nous nions le sérieux de la situation, si nous nous résignons, nous soumettons de mauvais gré, nous mettons en colère contre ces obligations de confinement, ou si nous nous laissons envahir par la peur, nous affaiblissons notre système immunitaire et donc augmentons nos chances d’être malade.

Alors comment faire pour être confiant et en paix tout en prenant les mesures nécessaires à l’enrayement de l’épidémie ? Comment rester lucide et voir la réalité en face sans être affecté par des émotions néfastes à notre santé ?

Viktor Frankl, le célèbre neurologue et psychiatre créateur de la logothérapie (psychothérapie par le sens de sa vie) avait remarqué que les survivants des camps de concentration (parmi ceux qui n’étaient pas gazés évidemment) étaient toujours ceux qui avaient un but dans leur vie qui dépassait leur simple survie au jour le jour, la plupart du temps un but porté vers une créativité en vue de la solidarité et l’amélioration du monde.

Mon père qui a survécu à 18 mois de Buchenwald faisait partie d’un réseau de résistants, à l’intérieur du camp, qui sauvaient des enfants juifs et tziganes, boycottaient des armes qu’ils fabriquaient ou en volaient pour le jour de leur libération. Tous squelettiques qu’ils étaient, et quoi qu’en disent les historiens, le jour de leur libération, les prisonniers se sont battus dignement pour gagner leur liberté contre les SS qui restaient, avec les armes qu’ils avaient volées et cachées.

Ceci n’est bien entendu pas un appel à prendre les armes contre qui que ce soit, mais une suggestion à ne pas laisser sa vie aux mains d’un virus supposé omniprésent contre lequel il n’y aurait rien à faire.

Et si cette crise nous rendait plus conscients de notre responsabilité à nous renforcer pour éviter d’être affecté par les agents pathogènes et à apprendre comment protéger la vie de nos proches ?

Et si nous gagnions en responsabilité, c’est-à-dire en habilité à offrir les bonnes réponses ?

Vous trouverez ci-dessous quelques actes préventifs très faciles à réaliser qui nous placent en situation d’acteurs paisibles agissants sans résignation, sans révolte stérile et sans peur incontrôlée.

  1. Si vous n’avez pas de gel hydroalcoolique désinfectant

Il est très facile d’en fabriquer selon les recommandations de l’OMS en s’adaptant avec les produits qui restent dans les magasins :

  • 78 millilitres d’alcool  (91% de la solution totale) si possible à 90° : peut être remplacé par de l’eau de Cologne à 70°, pas moins ! L’alcool est connu pour tuer virus et bactéries. Le whisky ou la vodka, ça ne marche pas, pas assez alcoolisés pour cet usage.

  • 5 ml de glycérine (5,85% de la solution totale) : peut-être remplacé par du gel d’aloe vera dosé à presque 100 % trouvable en magasin bio, très utile aussi nature quand vous rentrez à la maison après avoir subi les agression du gel alcoolique (qui sert à tuer les agents pathogènes) et du savon (qui sert à laver les virus morts) ;

  • Environ 2,5 ml d’eau oxygénée (2,93%) : pas encore en rupture dans n’importe quelle grande surface ; antiseptique et désinfectante. L’eau oxygénée est aussi utilisée en bain de bouche ( 30 secondes de bain ou de gargarisme avec 1 cuiller à café dans un verre d’eau, ne pas dépasser la dose) pour tuer les bactéries qui se développent sans oxygène, utile en cas d’infections de la bouche ou maux de gorge. Non, je n’ai pas dit que c’était un remède contre le coronavirus. Entendu ?

  • Et éventuellement quelques gouttes de ce que vous voulez pour l’usage que vous désirez (parfum ou utilité antivirale).

  • Recette originale préconisée par l’OMS pour la fabrication par les professionnels :

    https://www.egora.fr/actus-pro/insolite/57948-gel-hydroalcoolique-l-oms-donne-sa-recette?nopaging=1

  1. Contre-indications des huiles essentielles

Certains conseils ci-dessous utilisent des huiles essentielles mais pas seulement. Certains d’entre vous ont compris que les médias disaient que ces huiles essentielles étaient inutiles. Il faut comprendre que ce ne sont pas les premiers actes à mettre en place, qu’il faut privilégier le confinement. Et nous sommes de cet avis aussi.

Mais ceux qui pensent qu’un antiviral peut aider à se protéger quand on est obligé de sortir ou qui croient l’OMS qui affirme que l’alcool tue les virus liront ce qui suit avec intérêt.

La plupart des huiles essentielles peuvent être contre-indiquées pour les enfants jusqu’à un certain âge, les femmes enceintes avant un certain nombre de mois ou les personnes atteintes d’asthme ou d’épilepsie. À chaque fois que vous utilisez un produit actif, soyez prudent !

Si vous êtes asthmatique ou épileptique, voici quelques indications données par deux médecins mais préférez toujours l’avis de votre médecin personnel :

https://www.onatera.com/info/asthme-et-epilepsie-quelles-huiles-essentielles.html

Toujours privilégier les huiles essentielles bios qu’on peut acheter en magasins bios ou en pharmacie.

  1. Suggestions dans la maison

Désinfecter

  • À défaut d’alcool, vous pouvez nettoyer toutes vos poignées de porte, claviers d’ordinateur et souris, piano, téléphones mobiles et fixes, … avec de l’eau de Cologne à 70°. Il en existe dans toutes les grandes surfaces à des prix très abordables ;

  • Les chercheurs sur le terrain à Wuhan et en Italie semblent avoir remarqué que le virus mourait à des températures supérieures à 30° et nous recommandent de boire le plus possible de boissons chaudes pour le tuer avant qu’il arrive dans les poumons qui sont un milieu où il se développe très volontiers et où il devient très dangereux. Il y a une controverse sur les effets de la chaleur sur le virus. Des médias nous disent que ce sont des fausses informations. Je préfère agir pour rien plutôt que de ne pas me prémunir au cas où cela serait effectivement efficace. À vous de choisir. Dans le même ordre d’idée, évitons absolument les boissons froides et les glaces.

  • Un bon grog chaud avec du jus de citron, du miel, de la cannelle et une larme de rhum, ça vous dit ?

  • Il existe des vaporisateurs (vendus sous le nom de spray) aux huiles essentielles antivirales qui assainissent l’air de la maison. Ils sont la plupart du temps vendus en magasins bios. Un des plus courants est le Spray Respiration de Dietaroma, déconseillé aux moins de 7 ans, aux personnes asthmatiques et épileptiques, et composé d’alcool dénaturé à la lavande, d’huiles essentielles d’eucalyptus, de globulus, térébentine, menthe poivrée, pin sylvestre, sapin baumier, ravintsara, lavandin grosso, limoneme, linalool, geraniol.

  • Vous pouvez aussi déposer quelques gouttes d’huiles essentielles anti-virales de ravintsara, d’arbre à thé (tea tree), de thym ou de laurier noble sur une pierre de lave (qu’on utilise pour les barbecues) ou sur un coton, ou sur un col de vêtement, surtout si vous êtes obligé(e de sortir.

  1. Avant de sortir de chez vous

Règles pour le toucher

Le virus peut vivre plusieurs heures sur les surfaces que nous aurons à toucher :

  • claviers de cartes bancaires

  • poignées de porte

  • rampes d’escaliers

  • boutons d’ascenseurs

  • barres de transports en commun

  • caddies ou paniers pour faire les courses

  • autres, …

Il est nécessaire d’utiliser un écran entre nos mains et l’objet à toucher.

À défaut de gants à jeter ou à laver en rentrant à la maison,

Vous pouvez vous munir de petits sacs poubelles avec lesquels vous touchez tout ce qui est extérieur à votre maison, les fermer quand vous rentrez chez vous en retournant à l’intérieur du sac, le côté qui a touché les surfaces risquées et bien sûr les jeter dès que possible dans la poubelle extérieure.

Des mouchoirs en papier ou des feuilles de papier absorbant sont aussi très pratiques pour faire écran entre nos mains et l’objet à toucher. J’y vaporise quelques gouttes d’eau de Cologne à 70° qui désinfectent ce que je touche avec.

Aide des huiles essentielles

J’ai choisi des produits de plusieurs marques pour lesquels je ne reçois pas de commissions mais qui sont facilement trouvables et pratiques à utiliser. D’autres marques bios sont disponibles sur Internet et tout aussi efficaces.

À chaque fois, vérifiez si vous ne faites pas partie des personnes pour lesquelles ces conseils sont contre-indiqués.

Ces indications ne sont pas des conseils personnalisés. Restez toujours maîtres de vos décisions, tant qu’il en est encore temps, sauf évidemment si vous avez besoin d’être pris en charge sans discuter en cas de maladie avérée.

Par la bouche :

En vente en pharmacie :

  • Des gélules dosées avec une goutte d’huile essentielle de Ravintsara de chez Pranarôm sont très pratiques. Elles sont à consommer avant ou pendant les repas, 1 gélule par repas. Je les utilise les jours où je suis obligée de sortir. Le Ravintsara est célèbre pour ses propriétés antivirales. Les personnes averties utilisaient déjà cette huile pour se protéger au moment du virus H1N1. Ces gélules sont prévues selon mon pharmacien pour s’ouvrir dans notre estomac, développer leurs vapeurs à l’intérieur de nos poumons et ainsi faire écran au virus au cas où ils voudrait pénétrer. Sans garantie, mais l’idée me plaît.

  • À défaut de gélules de Ravintsara, vous trouverez peut-être des gélules d’origan, moins connues mais dont le rôle est de dégager les voies respiratoires.

  • Boire beaucoup pour éviter les assèchements des muqueuses.

En vente en magasins bios des vaporisateurs à la propolis :

  • La propolis est contre-indiquée aux personnes allergiques aux produits élaborées par les abeilles : miel, gelée royale.

  • Si vous êtes allergique aux huiles essentielles, le Spray nomade d’urgence spécial gorge de chez Ballot-Flurin est composé d’extrait alcoolique de propolis et de miel. C’est un bouclier dans la gorge réservé à l’adulte que vous pouvez utiliser avant de rencontrer des personnes. L’alcool tue le virus (c’est bien ce qui est dit officiellement non ?) et la propolis est connue comme un des boucliers naturels les plus puissants : anti-infectieux, antibiotique, antiviral, fongicide, antioxydant puissant.

  • Il est aussi possible de mâcher des pastilles de propolis.

  • Le Spray buccal manuka 250 de chez Aprolis, composé d’eau, de sirop d’agave, d’extraits de cannelle, mauve et propolis, de miel de manuka, de glycérine, d’huiles essentielles (thym , menthe poivrée) et de menthol.

  • Le Spray Buccal Propolis-Ravintsara de Dietaroma, composé de miel, sirop de fructose, extrait hydroalcoolique de propolis, alcool, extrait fluide de calendula, huiles essentielles d’eucalyptus globulus, de cannelle de Ceylan, de girofle, de ravintsara et de pin sylvestre.

Quoi ? Vous trouvez que j’en fais beaucoup ?

Je n’ai jamais consulté un médecin depuis ma dernière grippe à l’âge de 13 ans.

Suis-je immunisée à tout jamais ? Évidemment non, même d’une santé plutôt fragile au départ due aux mauvaises conditions de vie de mes ascendants qui ont connu la guerre et la famine.

Combien de personnes ai-je rencontrées, malades à crever, obligées de consommer des antibiotiques qui me disaient « je me suis soigné naturellement et cela a empiré ».

Se soigner naturellement, ce n’est pas attendre que ça passe sans rien faire, c’est tenter de comprendre les causes et utiliser des méthodes efficaces. La naturopathie par exemple est un métier pour lequel il existe actuellement des doctorats.

La plupart des causes des maladies usuelles (souvent des inflammations diverses) proviennent d’une faiblesse du système immunitaire due à un excès de stress, ou à des attaques de l’environnement contre lesquelles nous n’avons pas pu développer nos défenses par de bonnes attitudes : alimentation, mouvement, repos, contexte relationnel et si possible bon air à respirer (c’est le cas de la dire).

Donc, pour ceux qui veulent en savoir plus, continuons :

Par le nez,

Je n’ai trouvé qu’un produit dans les magasins que j’ai visités.

  • Le Spray nasal des Pyrénées, disponible en magasins bios est composé d’extraits de propolis de thym vulgaris, de feuilles de Rubus Friticosus, et de sodium chloride (sel de table). Ces composants (utiles bien avant l’apparition de ce nouveau virus et bien après qu’il disparaisse durant l’été) ont pour objet d’éliminer les agents pathogènes avant qu’ils ne pénètrent dans la trachée et ensuite dans nos poumons. Lorsque vous aurez vérifié si aucun des ingrédients n’est contre-indiqué pour vous, l’utilisation est recommandée avant de sortir dans un endroit où il y a du monde (magasins, métros, …).

  • Une goutte d’une des huiles essentielles citées plus haut (ravintsara, thym, eucalyptus, arbre à thé la plus douce, …) sur un mouchoir ou sur votre col à sentir avant de pénétrer dans un endroit à risque peut aussi être simple à utiliser.

  1. En rentrant à la maison

Lavons tous les vêtements que nous pouvons, et si vous croyez à la mort du virus à plus de 30°, placez les vêtements qui ne se lavent pas sur un radiateur très chaud. Si vous n’y croyez pas, ou si vous avez d’autres méthodes, nous les lirons très volontiers en commentaires prononcés avec politesse et bienveillance.

  1. Le dernier mais pas le moindre : l’alimentation

Il n’est pas facile de trouver des aliments crus, propres, même bios qui n’aient pas été touchés par n’importe qui avant ou après leur arrivée sur les étalages.

Si nous avons la chance d’habiter près de producteurs locaux, l’idée de nous approvisionner chez eux paraît intelligente parce que les produits ont été touchés par moins de personnes. C’est évidemment la solution que je préconise tout le temps mais j’aimerais aussi voir moins de sectarisme de la part de trop d’entre eux contre les gens qui habitent en ville. 

Sinon, en ville, j’avoue privilégier les produits sous sachet. Pas très écolo, mais de deux maux, je choisis le moindre.

Un magasin bio a installé un point d’eau avec du savon pour que les clients se lavent les mains avant d’entrer. Ils sont servis par la commerçante masquée et gantée.

Pour manger cru, penser à acheter tous les légumes et tous les fruits qui sont à éplucher.

Penser aussi à bien faire le plein de vitamine C (fruits, baies de Goji, …) et de vitamine D (un faible taux de vitamines D à l’entrée à l’hôpital serait associé à plus de décès). Parlez-en à votre médecin si vous avez l’occasion d’aller le voir.

  1. Prenons du bon temps

  • Nous avons le droit de nous déplacer brièvement, à proximité de notre domicile, pour les activités physiques individuelles. Donc sortir avec nos enfants pour prendre l’air est autorisé. Il suffit de dire bonjour de loin aux personnes rencontrées.

  • Si quelqu’un éternue à plus de trois mètres de nous, le virus aurait le temps de tomber par terre avant de nous atteindre. Je privilégierais donc cette distance de sécurité plutôt que le mètre obligatoire dans les magasins.

  • Des moyens culturels sont mis à disposition gratuitement, profitons en :

https://parissecret.com/confinement-lopera-de-paris-met-tous-ses-spectacles-en-ligne-gratuitement/

https://www.silo57.ca/2020/03/17/les-bibliotheques-de-montreal-donnent-acces-a-37-129-livres-numeriques-a-devorer-gratuitement

  1. Contribuons

Rappelons-nous l’enseignement de Viktor Frankl : les personnes altruistes avec une propension à contribuer au bien-être d’autrui tout en se respectant soi-même, ont tendance à vivre plus longtemps et en meilleure santé.

J’ai remarqué parmi mes consultants que ceux qui contribuent ont moins peur pour leur avenir, entourés d’un réseau relationnel avec lesquels ils partagent des services et qui sont là quand le besoin s’en fait sentir.

D’autres sont complètement isolés, incapables de répondre à quelqu’un qui leur tend la main pour leur demander un service, donc pleins de peurs et de doutes, comptant sur leurs maigres forces pour subvenir à leurs besoins futurs.

Toutes vos suggestions et questions en commentaires polis sont bienvenues.

Partager cet article peut aider les personnes qui n’aiment pas être passives et se sentent mieux quand elles prennent les choses en main même si elles sont informées qu’il ne s’agit en aucun cas de solutions miracles.

Aimons notre vie pour la seule raison que c’est notre vie et que la plupart d’entre nous ne sommes absolument pas certains d’en avoir d’autres.

Sur le même thème
No related posts for this content

Line Clair

La Communication Intégrative® a pour mission de libérer chaque personne par l'expression, l'acceptation et l'amour de l'entièreté de soi dans des cadres d'épanouissement personnel bénéfiques pour soi et son environnement. J'ai consacré ma vie à la découvrir, l'expérimenter et la perfectionner. C'est l'heure de la transmettre à grande échelle. Nous avons besoin de toutes les personnes qui veulent vivre des relations pacifiées. Merci de votre participation.

  • max dit :

    Bonjour,

    Que de bonnes informations à nous offrir sur un plateau je savoure et deguste en attendant de vous en dire plus.

  • Morin Muriel dit :

    Un grand merci Line, j’avais justement besoin d’un bon récapitulatif comme celui-ci pour prendre des précautions de bon sens ! Je vais l’envoyer à un maximum de personnes pour qu’elles s’en inspirent.

    • Line Clair dit :

      Merci Muriel pour ce beau message sympa. Cela fait plaisir que ce soit apprécié. Bien amicalement.

  • Loetitia jbr dit :

    Merci infiniment Line pour ces conseils au naturel et plein de bienveillance.

    • Line Clair dit :

      Merci Loetitia. Vous m’aviez bien dit que vous étiez en train de préparer un doctorat en naturopathie ?

  • >